À quoi sert Inkscape ?  


Inkscape est le logiciel libre de dessin vectoriel le plus connu, le plus utilisé. Mais il souffre de quelques défauts d’ordre, disons, psychologique que je vais tenter d’endiguer ici.

À commencer par son nom. Dans le monde du logiciel libre, nous ne sommes pas toujours doués pour trouver des noms qui aient une réelle puissance marketing. N’y voyez pas un reproche, la puissance marketing ne fait pas la qualité du logiciel et Inkscape est un logiciel de grande qualité ! Son nom donc, est difficile à prononcer et difficile à écrire sans se tromper. Il est la contraction de ink qui veut dire encre et de scape qui peut se traduire par paysage ou hampe (en horticulture, la hampe désigne la tige d’une fleur, en écriture, la hampe désigne le trait vertical formant certaines consonnes).

Ensuite, son usage. Le dessin vectoriel n’est pas quelque chose de très intuitif et peut même faire peur en ravivant de douloureux souvenirs de cours de mathématique. Oui, une image vectorielle est constituée de coordonnées, de courbes, d’équations de toutes sortes. Si vous voulez vous faire peur, vous pouvez ouvrir une image vectorielle dans Inkscape et ouvrir l’éditeur XML qui vous montre les coulisses (Édition > Éditeur XML). Mais heureusement, Inkscape ne nous montre que le rendu d’images vectorielles, c’est nettement plus sympathique et suffit à la plupart des usages.

À cette inquiétude de savoir s’il est utile ou non de suivre une journée de formation sur Inkscape, j’ai répondu par une petite vidéo, intitulée « À quoi sert Inkscape ? » et qui montre quelques exemples assez basiques de ce que l’on peut faire avec. Cette vidéo pourrait être le premier épisode d’une série de vidéos sur le même format, avec d’autres exemples, d’autres logiciels, voire des interactions entre logiciels.